Archives par étiquette : Module 6

Notre Identité: notre priorité

De nos jours, plus que jamais, notre identité numérique se doit d’être protégée. Nous utilisons quotidiennement une vaste étendue d’outils et de services du web social (Facebook, LinkedIn, etc) qui peuvent atteindre grandement notre réputation s’ils tombaient entre les mains d’êtres machiavéliques. Ce constat force le besoin d’utiliser une méthode d’authentification forte au-delà du simple mot de passe sur-utilisé pour une multitude de sites différents qui ne méritent pas nécessairement notre pleine confiance. The Register nous apprenait, par ce billet de Phil Muncaster paru en septembre dernier, que myOpenID cesserait son service à partir du 1er février 2014. Pourquoi, maintenant et ensuite sont tous des mots, pour ne pas dire questions, qui seront clarifiés au cours des prochaines lignes.

authentification

Pourquoi cette décision?

Sur le site internet de myOpenID, nous pouvons y lire la raison officielle suivante:

Janrain created myOpenID to help make registration and login easier on the web for people. Since that time, social networks and email providers such as Facebook, Google, Twitter, LinkedIn and Yahoo! have embraced open identity standards. And now, billions of people who have created accounts with these services can use their identities to easily register and login to sites across the web in the way myOpenID was intended.

Personnellement, j’avais un compte myOpenID mais je ne l’utilisais pratiquement jamais. A mon avis, cette technologie était plutôt réservée aux geeks de l’informatique. Bien que facile à utiliser, les étapes qui permettaient de l’utiliser en laissaient plus d’un perplexes.

Maintenant, quels choix s’offrent à nous?

Comme nous le disait la citation précédente, plusieurs compagnies ont décidé, au fil du temps, de créer leurs propres services d’authentification (Facebook, Google, Twitter et j’en passe).

Pour nous, utilisateurs quotidiens de ces services, il devient tout à fait normal et convivial de les utiliser à peu près partout où ils sont implantés, comme le mentionnait Cédric Deniaud dans son billet:

Le but est de permettre une identification simplifiée pour l’utilisateur (pas besoin de se créer pour chaque nouveau service, un nouveau compte), et pour l’entreprise une capacité de viralisation plus forte.

Ensuite, que nous réserve l’avenir?

Personne ne peut le prédire, mais je crois fermement que la réponse se trouve dans l’authentification à deux facteurs. Whitson Gordon écrivait justement un billet intéressant à ce sujet sur Lifehacker pour démystifier ce qu’elle est simplement:

It requires both « something you know » (like a password) and « something you have » (like your phone).

En activant cette fonctionnalité pour un de nos services, on s’assure d’une part qu’un mot de passe sécurise notre compte. Puis, lorsque le processus d’authentification s’enclenche, le système demande un code de validation afin de poursuivre la transaction. Ce dernier est aléatoire et est envoyé, par exemple, sur notre téléphone intelligent.

Simple et efficace: il ne fallait qu’y penser!

En conclusion, il demeure quand même un point important à préciser: nous sommes à la merci de nos différents services. Il n’en tient qu’à eux d’intégrer les différents fournisseurs d’authentification ainsi que l’authentification en deux étapes à leurs produits. En attendant, il vaut mieux suivre ces quelques recommandations pour la gestion de mots de passes sécuritaires.

Academos: Un mélange unique

Ce soir, je suis inspiré par cette conférence TED de Clay Shirky, parue en 2005, comparant les institutions à la collaboration. Cette dernière m’a fait réfléchir à propos de mon initiative de l’Activité B à propos du Cybermentorat. Au Québec, Academos est l’un des maîtres d’œuvre dans ce domaine. Étant moi-même cybermentor depuis peu, je ressens un fort sentiment d’appartenance et une fierté inégalée de faire partie de ce projet où chacun apporte sa modeste contribution et poursuit l’objectif commun d’aider les jeunes de 14 à 30 ans à préparer leur avenir professionnel et à persévérer dans leurs études. Comment peut-on qualifier cet Organisme sans but lucratif (OSBL) par rapport aux différents types de groupes sociaux existants? C’est ce à quoi je tenterai de répondre en utilisant les explications de Caroline Mailloux parues dans ce billet écrit après les événements de la crise étudiante au printemps 2012.

academos

Communauté

Proprement dit, nous ne pourrions pas qualifier Academos de communauté étant donné que les cybermentors sont dispersés aux quatre coins du Québec.

La communauté est souvent considérée comme un groupe social avec un ancrage local, géographique. Dans une communauté, les gens se côtoient quotidiennement, ils « vivent ensemble ».

Néanmoins, nous sommes tous habités par le même intérêt et possédons une similarité commune: nous sommes cybermentors. De plus, une certaine acceptation commune a eu lieu préalablement. D’un côté le professionnel a dû se souscrire à certains règlements et de l’autre, l’organisation a dû consentir que les bénévoles font de leur mieux et qu’ils sont des êtres humains possédant des qualités ainsi que des défauts.

Réseau social

La version actuelle de la plateforme ne permet pas de la qualifier comme tel car sa structure n’est ni souple ni dynamique, c’est plutôt une boîte de messagerie de discussions entre cybermentors et cybermentorés.

Par contre, restez à l’affût car une révolution se prépare et certaines nouvelles fonctionnalités permettront de s’en rapprocher en permettant aux jeunes de se bâtir des cercles de connaissances et un réseau professionnel tôt dans leur cheminement académique! Ils pourront notamment:

  • dialoguer avec des mentors exerçant le métier qu’ils veulent faire;
  • échanger sur les domaines qu’ils convoitent avec des étudiants, des établissements scolaires ou avec des entreprises qu’ils auront choisis ou suggérés par la plateforme;
  • partager leurs intérêts avec les pairs en se créant un scrapbook professionnel ou en participant à des groupes d’intérêt;
  • visionner des vidéos, avoir accès à des nouvelles personnalisées et recevoir des badges;
  • rédiger leur curriculum vitae certifié Academos, appuyé des recommandations de leurs mentors;
  • trouver un emploi, un stage ou une occasion de bénévolat;
  • clavarder avec des experts sur les orientations du monde du travail et sur la formation.

Institution

Selon cette définition, nous pourrions affirmer sans aucune doute qu’il s’agit bien d’une institution:

Un groupe social stable, généralement hiérarchisé, qui se maintient grâce à une organisation formelle.

Dans les faits, c’est beaucoup plus que cela. En effet, une institution ne pourrait supporter une structure aussi grosse que celle d’Academos (plus de 2600 cybermentors). Elle n’aurait d’autre choix que de conserver le 20% des ressources qui répondent à 80% des demandes tel que le suggère la Loi de Pareto ainsi que les propos de Clay Shirky. La vision d’Academos est simple: chaque cybermentor mérite sa place même si sa profession n’est pas la plus populaire car elle pourrait tout de même sauver un jeune du décrochage.

Équipe

À sa plus simple expression, nous pouvons qualifier une équipe comme ceci:

Un groupe social orienté vers un but commun. Les membres d’une équipe partagent donc un objectif, même si ce but est parfois imprécis et que des intérêts individuels peuvent le rendre plus difficile à atteindre.

Cette définition est aussi valable pour Academos qui est, comme toute organisation, divisée en plusieurs équipes distinctes (Direction, Communications, etc). Toutes s’affairent à différentes tâches au quotidien mais la mission et les valeurs demeurent unanimes.

Mission

Aider les jeunes de 14 à 30 ans à préparer leur avenir professionnel et à persévérer dans leurs études en les mettant en contact direct avec les personnes actives du monde du travail via le cybermentorat et le Web social, dans le but de rendre notre société plus éduquée, qualifiée et prospère.

Valeurs

  • L’innovation — pour demeurer leader dans notre domaine
  • L’accessibilité — pour tous les jeunes, partout au Québec
  • L’inspiration — pour une relève professionnelle engagée
  • Le professionnalisme — pour un service efficace
  • La solidarité — pour un transfert intergénérationnel dans une société en changement

Bref, on peut facilement conclure qu’Academos est un heureux mélange de plusieurs types de groupes sociaux. Sans être entièrement une communauté, un réseau social, une institution ou une équipe, on peut au moins affirmer qu’elle tend à s’améliorer au fil du temps pour tenter de s’approprier le meilleur de chacun d’eux!