Archives par étiquette : Activité physique

Nos vies sont des objets sociaux

De nos jours, les gens font de plus en plus attention à leur santé en adoptant de saines habitudes de vie, comme le démontre cet article de Sophie Allard à propos des tendances santé en 2014, paru dans La Presse. Qui l’aurait cru, cela est dû en grande partie grâce au web social qui a transformé les thèmes que sont notamment l’alimentation, l’activité physique et la conciliation travail-famille en véritables objets sociaux!

objetsAlimentation: retour aux bases

Tout d’abord, du côté alimentaire, on remarque une hausse évidente du désir de bien se nourrir dans la population en général. Diminution de la restauration rapide, on veut cuisiner soi-même avec des aliments frais et surtout contrôler les ingrédients tels que le sucre, le sel et le gras. On assiste à une multiplication de blogues, comme celui de la nutritionniste Stéphanie Côté, dont les billets traitent de divers sujets tels les recettes, les astuces de cuisine, le gaspillage de nourriture, etc. Il y a même des capsules vidéo! Le plus important dans tout cela, c’est que les gens se les partagent, donnent leurs avis et proposent même des modifications en fonction de leurs goûts; bref une effervescence s’en suit sur les différents réseaux sociaux.

Anecdote personnelle

Récemment nous avons acheté des pilons de poulet dans un supermarché: il y avait une économie substantielle qui en valait vraiment la peine. Quelle ne fût pas ma surprise de voir des recettes (textes, photos et vidéos) de pilons de poulet partagées par mes amis apparaître dans mes actualités Facebook pendant plusieurs jours!

Activité physique virale

Ensuite, sans grande surprise, nous assistons au même constat concernant le sport. Cet extrait du texte de madame Allard démontre bien cet impact du web social:

Les réseaux sociaux teintent de plus en plus la pratique d’activités physiques. « Les gens publient en direct ce qu’ils réalisent comme entraînement, comme défi, dit Francis Gilbert. Ça devient viral et ça crée un effet d’entraînement. On démarre des groupes, on sollicite la participation des amis à tel événement, etc. »

Nous remarquons aussi que les technologies mises à notre disposition viennent y apporter leur coup de main. De nombreuses applications mobiles telles Garmin Ant, Runtastic ou RunKeeper offrent différentes fonctionnalités sociales. Cette dernière, comme l’explique de façon détaillée ce billet paru sur TechCrunch, permet notamment de créer son cercle d’amis, participer à des événements, partager des parcours de course à pied favoris, commenter et évidemment diffuser nos résultats sur les divers réseaux sociaux afin de piquer l’orgueil de nos contacts et les pousser à bouger et se dépasser à leur tour!

La vie parfaite

Enfin, le rythme de vie effréné établi depuis plusieurs années déjà est en période de transformation. Les gens ne veulent plus vivre seulement pour travailler: ils veulent travailler pour mieux vivre. Ils désirent plus que tout réaliser l’équilibre parfait dans ce grand mystère qu’est la conciliation travail-famille. L’article de madame Allard relate qu’il s’agit même d’un enjeu de sécurité publique:

L’INSPQ vient de publier un avis scientifique sur la conciliation travail-famille et la santé, ce qui signifie du coup qu’il considère cette problématique comme un enjeu de santé publique. Est-ce que les patrons seront plus conscientisés en 2014 ? Moins de la moitié des employeurs offrent des programmes d’équilibre travail et vie personnelle. Le Québec fait un peu mieux que le reste du Canada, selon le Groupe Entreprises en santé, mais il reste beaucoup à faire. Le télétravail est étonnamment en baisse, mais les horaires flexibles sont plus souvent proposés.

Devant ce rêve, les réseaux sociaux nous bombardent en continu de photos d’activités familiales, de clichés de soupers entre amis, de sorties mondaines et j’en passe. Notre vie peut alors sembler banale devant tous ces moments de la vie des autres maintenant devenus des objets sociaux reflétant une réalité biaisée, comme le soulève ce billet de Flavien Chantrel:

On peut vite se retrouver avec bien plus d’amis virtuels que de personnes réellement fréquentées au quotidien. On pourra échanger avec elles, sublimer notre quotidien avec des messages bien calibrés, nourrir notre égo des likes amassés et ainsi parfaire cette vie rêvée si éloignée de notre réalité. Mais avec quels résultats ? Dans quel but ? Une utilisation intensive des réseaux sociaux peut vite nous couper de l’essentiel et nous arracher aux vraies expériences de la vie.

Somme toute, bien que je termine ce texte sous un regard un peu pessimiste à l’égard de certains outils du web social, je crois que tout est question de modération et de gros bon sens dans l’utilisation de ces services. Bien que les interactions sociales proposées par ces derniers soient intéressantes, n’oubliez pas que les gens se montrent normalement sous leurs plus beaux jours!