Archives de catégorie : INF 6107

L’influence des blogues

Depuis 2002, nous vivons une émergence massive des blogues sur Internet. Comme vous avez pu le lire dans ma page d’introduction, il existe différentes raisons pour bloguer notamment pour informer, réseauter ou même influencer. Mais qu’en est-il de ce dernier motif? Les blogues influencent-ils réellement les internautes? Jusqu’à quel point nous soucions-nous d’eux, que ce soit pour des besoins de divertissement, d’information ou même de consommation?

Les blogueurs, contrairement aux médias de masse, peuvent parfois déterrer de petits faits divers d’apparence anodine mais cachant une réalité insoupçonnée passée inaperçue sous les radars de certains journalistes dits crédibles. Oublis volontaires ou pas, ces journalistes 2.0 ne sont pas réellement en mesure de manipuler le lectorat selon la bonne vieille méthode de l’agenda setting, telle qu’expliquée dans ce billet de Caroline Fleury, consistant à faire converger l’attention des lecteurs vers des sujets ciblés sans pour autant leur dire quoi penser. C’est plutôt la force du lien et du réseau qui permettra à la nouvelle d’être créée, diffusée et partagée à vitesse grand V.

Selon un article paru sur le site du quotidien français Le Monde, personne ne doit ignorer les blogues qui se sont taillés, au fil du temps, une place de choix sur la toile dans le domaine de l’information. Propulsés par la blogosphère, le monde entier a rapidement compris l’enjeu: les blogueurs n’ont pas de compte à rendre à personne et leurs critiques négatives face à un produit, une entreprise ou même un parti politique peut créer des dommages irréparables et vice-versa.

Leur pratique est fondamentalement différente de celle des journalistes. Ils ne respectent pas les trois piliers du métier que sont la distanciation, l’objectivation et le recoupement des sources. Ils sont dans une subjectivité totale par rapport à leur sujet. Ils vivent leur activité comme une passion. Ils se racontent.

Du point de vue consumériste, il est évident que les blogueurs jouent un rôle privilégié. Qui n’a jamais fait une recherche sur le net pour s’informer et comparer avant de finaliser l’achat d’un bien convoité?

Le rapport de l’influence numérique publié en 2013 par Technorati via Social Media Examiner est clair: les blogues dominent parmi les médias sociaux concernant l’influence qu’ils exercent sur les consommateurs.

Why are blogs so influential? Bloggers tend to be very honest and sincere in their reviews of products and services. They talk about both negative and positive aspects of a brand, and in doing so become a trusted source of information. Trust drives action, and thus consumers look to bloggers before they buy.

blogues_influence

J’utilise personnellement le blogue de DC Rainmaker lorsque je magasine pour du nouvel équipement de course à pied! C’est pour moi une source fiable, crédible et que je considère totalement objective face aux produits évalués! Attention aux sources biaisées en raison de commandites, comme le mentionnait Karine J. dans son propre billet à ce sujet.

Bref, l’influence est omniprésente. Il n’en tient qu’à vous de répertorier les sources en lesquelles vous avez pleinement confiance afin de filtrer et recouper l’information qui se rend jusqu’à vos yeux. Cette méthode vous permettra de raisonner par vous-mêmes sans trop vous faire manipuler!

Le billet parfait

Parallèlement au billet que j’ai publié dernièrement au sujet de la fréquence de publication idéale, je me suis aussi penché sur la question suivante: qu’est-ce que le billet parfait? Existe-t-il un gabarit, une nomenclature ou un format standard émanant de la blogosphère afin de rédiger LE billet à la hauteur de nos ambitions?

Métriques

En premier lieu, au niveau des chiffres, ce billet sur la longueur idéale demeure flou. En effet, d’entrée de jeu on nous souligne qu’un article doit être aussi long que nécessaire. Par la suite, on nous signale que ce dernier doit contenir un minimum de 500 mots sans toutefois dépasser 2000. Finalement, on nous informe que la qualité ne rime pas avec quantité et qu’il vaut mieux se fier aux habitudes de consultation de notre lectorat! Bref, de quoi en perdre le compte! Bien que douteux au départ, je dois avouer être moi-même dégoûté par les textes qui usent de remplissage afin d’atteindre un seuil de longueur minimale et aussi dissuadé de lire de trop longs textes. Par conséquent, la réponse la plus juste se trouvait sous mes yeux dans les critères d’évaluation de l’Activité C du cours:

Un billet court sans redondance est généralement préférable à un billet long qui livre les mêmes idées en se répétant.

Contenu

Enfin, cette deuxième source nous suggère les 10 commandements du billet de blogue parfait!

  1. Ton titre, tu soigneras
  2. Simple, tu resteras
  3. Tu n’auras pas d’autre Dieu que ton lecteur
  4. Ta personnalité, tu honoreras
  5. Tu ne sacrifieras pas le contenu sur l’hôtel de la productivité
  6. Éditer, tu pratiqueras
  7. La lisibilité, tu respecteras
  8. Google, tu n’idolâtreras pas
  9. Crédible, tu resteras
  10. La politesse, tu cultiveras

Malgré le caractère biblique et rigolo du texte, l’article est très intéressant et surtout très véridique dans son ensemble. Je résumerais le tout par cette phrase de mon cru:

Écrire un blogue, c’est partager vos réflexions avec la couleur de votre personnalité dans l’espoir d’être lu par le plus grand nombre d’intéressés possible et de créer une fidélisation avec eux grâce à votre honnêteté, crédibilité et sens du respect.

En terminant, voici un aide-mémoire pour retenir les règles fondamentales du billet parfait pour les nuls! N’hésitez pas à le consulter en cas de besoin! Pour ma part, je trouve cela trop formaté à mon goût!

blueprintCliquez pour agrandir!

Pour votre curiosité personnelle, ce billet totalise 364 mots et j’ai tenté de suivre les 10 commandements proposés.

 

Blogue: la fréquence des publications

Mon aventure dans la blogosphère étant très récente, je me suis récemment questionné sur l’importance de la fréquence de publication des billets. Quel est la valeur idéale, à cette variable qui m’est inconnue, afin de préserver le lectorat d’un blogue?

En fouillant sur le Web, j’ai pu déterrer ce vieux billet d’archive de Michelle Blanc, traitant justement de ce sujet. Je partage entièrement son avis lorsqu’elle mentionne que la pertinence est plus importante que la fréquence.

Si un blogueur peut mettre le doigt sur des contenus pertinents, cette pertinence sera elle-même l’élément qui devrait déterminer la fréquence.

Là où je n’adhère pas totalement à son point de vue, c’est lorsqu’elle prétend qu’un billet par semaine serait le minimum à considérer et que si ce n’est pas possible, il vaudrait mieux revoir l’utilité de bloguer. Évidemment, comme son billet a été écrit en 2006, il est fort possible que sa position ait changé depuis le temps.

Personnellement, je crois que de nos jours, diverses technologies existent pouvant influencer la fréquence de publication des billets. Par exemple, certains propos pourraient être diffusés par Twitter ou Facebook sans nécessairement mériter un billet sur un blogue.

L’archive du blogue, quant à elle, demeure cruciale: c’est le coeur du système. Notre position est unanime. Par contre, bien que je saisisse son argument affirmant qu’il faut écrire pour créer l’archive, je ne crois pas que l’expérience et la réputation d’un blogueur s’acquiert en peu de temps en écrivant des billets en rafales.

Susan Gunelius, blogueuse émérite, marque un point important avec ce commentaire sur le rôle de l’archives d’un blogue:

Blog archives are important to your blog’s success for a variety of reasons. Most importantly, they give your blog depth and credibility.

En ce sens, la crédibilité du blogue se bâtit en même temps que la notoriété du blogueur grandit. Il vaut peut-être mieux prendre son temps et privilégier la qualité versus quantité!

Rien ne sert de courir; il faut partir à point.

Jean de La Fontaine

lafontaine