Leçon d’humilité

Hier, en fin de journée, j’ai reçu le feu vert pour reprendre la course! Reprendre est un bien grand mot, mais pas à pas, je ressemble de plus en plus au coureur que j’étais en décembre dernier, tout juste avant cette foutue tendinopathie…

En effet, je peux recommencer à courir pendant 5 minutes consécutives en alternant ensuite avec la marche pendant une courte minute! Le rythme est, bien évidemment, modéré mais bon je sens que mes jambes reviennent! La lecture du livre « Ultra-ordinaire: Journal d’un coureur » de Joan Roch me faisant rêver depuis quelques jours, je peux enfin me chausser et aller profiter du soleil et de l’air frais à l’extérieur! Comme l’hiver qui se termine, je me sens revivre avec la venue du printemps.

L’expérience d’une blessure m’a fait prendre une bonne dose d’humilité lors de ma première sortie sur le bitume: c’est difficile de repartir à zéro. Difficile d’être fou de joie d’avoir parcouru 3.15 km en 24 minutes alors qu’à peine quelques mois auparavant, je devenais marathonien.

Ce sera le point positif de toute cette histoire: j’apprécie encore plus la course à pied et cela me porte à me responsabiliser et d’être à l’écoute des signes de mon corps afin d’éviter, autant que possible, de ne pas devoir arrêter à nouveau.

 

Laisser un commentaire